curiosités du mois...

Publié le par alainkoli

    Vous connaissez sans doute le jeu du "portefeuille escamoteur" dans lequel se trouve un billet que l'on fait apparaître ou disparaître selon la façon dont on l'ouvre ... le fonctionnement en est simple mais difficilement explicable . Le curieux jeu que nous présentons ci-dessous repose sur le même principe mais cette fois il y a 6 volets différents reliés entre eux par des rubans de toile : 

curiosités du mois...

   En tenant le jeu par sa poignée et en laissant pendre les 6 parties il nous apparait deux scènes de jeux d'enfants;  si maintenant nous retournons l'ensemble nous avons deux autres scènes mais les éléments en sont mélangés :

curiosités du mois...

   Il faut plier et replier (par tâtonnements pour moi ) les différents volets à l'aide de la poignée afin d'aboutir au résultat souhaité :

curiosités du mois...

magique, non?

Nous avons déjà ici souvent évoqué le plagiat régulièrement pratiqué par les éditeurs de jeux, qui pouvaient s'en préserver plus ou moins par le dépôt d'un brevet...nous nous interrogions entre autres sur le cas d'un jeu de loto aux dés, produit à la fois par NK Atlas et par JJF :

curiosités du mois...
curiosités du mois...

  Le contenu de ces deux jeux est strictement identique; le Zanzibar Loto de NK est "breveté SGDG" alors que le Loto Zanzibar  de JJF est "déposé" avec le numéro 15625...les deux sociétés ayant débuté leur activité en 1904 il était difficile de dire quel était le copieur....mais la solution nous vient de cet autre exemplaire:

curiosités du mois...

  Nous découvrons donc que le LOTO ZANZIBAR a été créé par SC, et JJF le continuateur d'activité a réédité ce jeu...une fois de plus NK s'avère être le copieur, cette société se révélant au final assez peu créatrice.

   De Matenet, un autre éditeur dont nous avons présenté quelques jeux de lotos, nous savons peu de chose à part quelques éléments fournis par F.Theimer qui dit que ce fabricant vend en 1866 à Mlle Lenis qui s'arrête en 1870. Pour notre part nous avions relevé que certains jeux de Matenet avaient été repris par Bussière. Mais nous découvrons avec le jeu de loto ci-après qu'il a existé un "Matenet Fils" :

   

curiosités du mois...

 Une règle du jeu nous aurait peut-être éclairé sur la façon dont on jouait à ce loto : les 9 cartons sont numérotés de 1 à 90 dans l'ordre numérique, mais certains portent 9 nombres, d'autres 10,11 ou 12... 

  

curiosités du mois...

  L'imagerie dont proviennent les illustrations contant les vertus d'une jeune fille prénommée Mimi n'est pas précisée; le dernier carton indique que le lithographe est J. Halinbourg à Paris. Celui-ci ayant démarré son activité en janvier 1863 la filiation avec le Matenet de nos autre lotos est donc vraisemblable...

L'aspect de ces cartons nous a bien entendu rappelé ceux rencontrés dans une autre série qui ne précisait pas l'éditeur : 

curiosités du mois...

Cette fois la série comprend 13 cartons, et les mêmes questions se posent pour le fonctionnement du jeu, qu'il s'agisse des rois ( numérotation de 1 à 75, vignettes venues d'une planche d'imagerie à usage de loterie) ou de la répartition des 90 numéros...

Pour terminer un loto d'images ( à dater des années 30/50) nous a plu pour la qualité des dessins sur le thème des transports :

curiosités du mois...

La signature P.Letellier évoque un peintre qui s'est fait un nom dans la seconde moitié du XXème siècle...serait-ce une oeuvre de jeunesse? nous nous plaisons à le croire !

curiosités du mois...

bon déconfinement à tous !

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Pierre Jallais 24/05/2021 16:02

Bonjour,
Commençons par le premier jeu, que j'appelle le jeu'cascade', mais c'est une appellation purement personnel, car en retournant la poignée l'élément donne l'impression de rouler en basculant d'un élément à l'autre.
J'avais demandé à François Theimer via son site, s'il connaissait le nom de ce jeu, je n'ai pas eu de réponse.
Le jeu en ma possession comporte également six éléments décorés, mais les illustration sont des scènes de jeux entre enfants.
Pour la seconde partie, c'est bien évidemment la question récurrente de la copie et du plagiat entre éditeurs, que je souhaiterais aborder.
Les jeux allègrement copiés, sont pourtant porteur d'un numéro de modèle déposé ou encore plus fort d'un dépôt de brevet. Ce n'est pas la même chose, dans un cas on protège une présentation, dans l'autre un procédé qui est censé être novateur.
A l'époque de l'édition de ces jeux, le système de protection d'un modèle ou d'une idée est proche de ce qu'il est aujourd'hui,
Alors pourquoi cette prolifération de clones entre éditeurs? Pour ne prendre que le jeu du 'pendu' tous les éditeurs le propose sous le même format, au sigle près.
Je ne vois qu'une explication, les éditeurs se fournissent chez un fabricant tiers qui a déposé le modèle
ou le brevet et qui fait office de sous-traitant pour ces éditeurs distributeurs. Une multitude de jeux pourrait suivre le même circuit, et tout le monde à en tête des exemples... Mais alors quel est le fabricant?
Cordialement
Pierre

alainkoli 25/05/2021 09:56

merci Pierre pour ces observations intéressantes et votre intérêt pour les jeux anciens